Situé à l’extrémité est de l’ile d’Orléans, le village de Saint-François occupe un espace intime à mi-pente entre le plateau supérieur de l’ile du côté nord et une longue pente du côté sud, de sorte qu’il semble enfoui au fond d’une petite dépression.
 
Au nord, la vue est bloquée par les hauteurs du plateau, à l’est des boisés empêchent le regard d’embrasser l’horizon.
 
Mais au sud, une vue plongeante permet de découvrir successivement le versant de l’ile, le bras sud du fleuve, des iles et, au loin, la bordure maritime de la région de Bellechasse.
 
Le lieu obéit à une curieuse configuration spatiale. Le chemin Royal arrive de l’ouest et, culbutant presque sur l’église, opère un important changement de direction vers le nord.

 
Le noyau villageois du village est très petit et pourrait presque être comparé à un hameau. Le stock immobilier ancien se réduit à quelques maisons traditionnelles principalement à toit à deux versants.
 
L’église (monument historique), une ancienne école (monument historique) et une belle maison en pierre de style néo-classique composent l’essentiel du noyau paroissial.
 
L’église, construite en 1734, a été incendiée en 1988. En 1992, on a reconstruit les parties détruites (toit, clocher et intérieur), de sorte que son allure de petite église de campagne typique de la fin du Régime français est conservée. Ont ainsi été perdues des oeuvres des artisans et artistes : les frères Levasseur, André Paquet, Raphaël Giroux, Léandre Parent et Louis Xavier Leprohon. Elle est ouverte aux visiteurs pendant la saison estivale.
 
La vieille école de fabrique serait la plus vieille du genre au Québec, construite en 1869. Elle est classée monument historique.
 
À ces deux monuments classés s’ajoutent, mais hors du noyau villageois, des maisons exceptionnelles : Imbeau (237, chemin Royal), Nadeau (135, chemin Royal), Jinchereau (130, chemin Royal) et Roberge (152 chemin Royal). 
 

ÎLE D'ORLÉANS, SAINT-FRANÇOIS-DE-L'ÎLE-D'ORLÉANS

 

À la pointe est de l'Île d'Orléans, village champêtre