Un réseau de communautés villageoises au patrimoine authentique, situées dans des paysages remarquables

 

Tous droits réservés, 1998 / 2018, Les Plus Beaux Villages du Québec.


 ENGLISH VERSION

Lové dans le creux d’une vallée magnifique, niché dans une baie naturelle aux confins de la rivière Saint-Jean et du majestueux fjord du Saguenay, l’Anse-Saint-Jean étale ses charmes entre les caps d’où l’on peut admirer un paysage grandiose. C’est le seul village bordant directement la rive sud du fjord. On y accède par une petite route de vallée qui débouche sur la terrasse agricole. C’est là qu’en 1668, le Père Beaulieu, hivernant avec des Montagnais et des Micmacs, fit construire une chapelle (aujourd’hui disparue). Mais c’est en 1838 que la Société des Vingt-et-un, présidée par William Price et dirigée par Alexis Tremblay, monte une cabale pour évincer la Compagnie de la Baie d’Hudson et coloniser le site. Après quelques années, on y produit quelques milliers de madriers, on y récolte du sirop d’érable et l’on y pêche près de 500 saumons.

 

L’Anse-Saint-Jean fut plusieurs fois éprouvée par le malheur : après la grande disette de 1865, les incendies de 1875 et 1908, la grippe espagnole de 1918, les éboulis de1885 et 1928, les inondations de 1963, 1979, 1986 et surtout le déluge de 1996 qui détruisit totalement ou en partie 102 maisons, les villageois se reprennent chaque fois en mains avec courage.

 

Aujourd’hui, le village offre de nombreux belvédères, un port de plaisance, du kayak de mer, de la courte et longue randonnée pédestre dans les caps du parc du Saguenay surplombant le fjord, de la randonnée équestre, de la pêche au saumon, à la truite et à l’éperlan, de la voile, une microbrasserie et, en octobre, un symposium de peinture (Villages en couleurs). Les incroyables panoramas des randonnées aux belvédères de la grande chute (visible à l’est du village) et de la Montagne blanche (13 km aller-retour) valent le déplacement, alors que l’Anse de Tabatière, accessible en automobile, offre une perspective inoubliable sur le fjord. L’hiver, c’est le ski de randonnéedans le parc, le ski alpin au centre du Mont-Édouard et la pêche sur la glace du fjord.

 

Des témoignages éloquents d’un passé fertile ayant bravé les assauts répétés du temps confèrent au village un cachet particulier... On notera surtout le pont couvert de 1929 emporté deux fois par la rivière et qui fit l’illustration du billet de 1000 dollars pendant près de quarante ans), l’église et le presbytère au milieu des pommiers, ainsi que les maisons du faubourg non loin du quai. On s’amusera aussi des maquettes de maisons et du pont couvert reproduisant l’habitation principale au début de la rue Saint-Jean-Baptiste et tout près du pont couvert, ainsi que le petit oratoire à la Vierge avec son mouton et sa vache, à côté d’un phare en miniature, près de l’épicerie du village. Enfin, de nombreux fours à pain extérieurs côtoient les maisons. Des panneaux explicatifs figurent devant certaines maisons (circuit patrimonial).

 

 

 

 

 

Au coeur du fjord du Saguenay, un royaume à découvrir.

 

C'est en 2009 que l'Anse-Saint-Jean a célébré  son 150ème anniversaire de fondation.

 

Village en pleine effervescence surplombé par le phénoménal Mont-Édouard,

profitez de l'hospitalité proverbiale des villageois de l'Anse-Saint-Jean et soyez chez vous chez nous...

 

 

 

C'est en 2009 que l'Anse-Saint-Jean a célébré  son 150ème anniversaire de fondation.

 

Village en pleine effervescence surplombé par le phénoménal Mont-Édouard,

profitez de l'hospitalité proverbiale des villageois de l'Anse-Saint-Jean et soyez chez vous chez nous...

 

 

 

M. LUCIEN MARTEL,

Maire de l'Anse-Saint-Jean