Un réseau de communautés villageoises au patrimoine authentique, situées dans des paysages remarquables

 

Tous droits réservés, 1998 / 2017, Les Plus Beaux Villages du Québec.


 ENGLISH VERSION

Le village des Éboulements offre au visiteur l’un des plus beaux panoramas du Québec. Accroché comme un ruban à flanc de montagne, dominant le Saint-Laurent à 200 mètres d’altitude, on peut y embrasser un paysage grandiose : le regard balaye depuis les caps de Petite-Rivière-Saint-François et Baie Saint Paul à l’ouest jusqu’au massif des Appalaches sur la rive sud opposée, et l’Île aux Coudres qui s’étale dans le fleuve en contrebas, puis le Cap-aux-Oies à l’est et le Mont des Éboulements en arrière du village.

 

Il y a 350 millions d’années, une météorite de 15 milliards de tonnes s’écrase juste en arrière du village et creuse un cratère de 100 kilomètres de diamètre. On peut encore apercevoir le lieu d’impact, qui se trouve être le Mont des Éboulements, la montagne la plus pointue visible à l’arrière du village.

 

Les Éboulements est un village agricole qui tire son nom d’un énorme glissement de terrain résultant d’un violent tremblement de terre survenu en février 1663. En 1710, Pierre Tremblay fait l’acquisition de la seigneurie et fait construire un premier manoir, aujourd’hui disparu, près du fleuve. À partir de 1724, on y fabrique du goudron à partir du bois de pin et en 1790, le seigneur bâtit lui-même le moulin seigneurial (appelé moulin banal) que l’on peut encore visiter dans un site magnifique, en haut d’une chute de 30 mètres, tout près de le rue principale.

 

On y fait encore la farine et l’on peut observer les anciennes pièces de pierre et de bois des mécanismes. Une jolie petite chapelle de procession y a été apportée depuis la région de Québec. Juste à côté, l’ancien manoir seigneurial appartenant maintenant aux Frères du Sacré-Cœur est devenu un camp de vacances accessible au public : on peut s’y promener dans les sentiers et descendre au pied de la chute tout en lisant des panneaux d’interprétation.

 

En 1804, on construit l’église sur son site actuel, après une controverse avec les gens d’en bas, à St-Joseph-de-la-Rive, où se trouvait alors l’église paroissiale. En 1932, l’église est reconstruite, et en 1957, une partie du village est ravagée par un incendie qui anéantit plusieurs maisons et le couvent des sœurs Franciscaines.

 

Comme le site des Éboulements est particulièrement apprécié des artistes, plusieurs ateliers et galeries d’artistes et d’artisans s’y sont installés. La Galerie d’art du Patrimoine vivant, quant à elle, interprète le patrimoine folklorique du Québec (chansons, contes et légendes, musiques etc.). On peut également visiter l’ancienne forge Arthur Tremblay, qui est encore opérationnelle, juste en face de l’Auberge du Surouêt.

 

À l’extrémité est du village, la Ferme Éboulemontaise offre des visites de son élevage d’agneaux et de légumes biologiques ainsi qu’un sentier panoramique de randonnée pédestre qui descend vers le fleuve sur 3 km. D’autres fermes offrent des produits du terroir dans le village.

 

À l’est des Éboulements, une petite route descend jusqu’au fleuve, dans la petite baie de Cap-aux-Oies, où l’on peut se prélasser sur une plage tranquille d’eau salée d’où l’on peut observer les grands navires glisser doucement sur le chenal du Saint-Laurent.

 

Dans le village même des Éboulements, une route descend jusqu’à Saint-Joseph-de-la-Rive, un autre des plus beaux villages du Québec, d’où l’on embarque sur le traversier qui nous mène à l’Île-aux-Coudres, à quelques minutes de là.


Ancien village de goélettes 

 

 

 

 

 

Ancienne forge de

Saint-Joseph-de-la-Rive

À vous qui  aimez les montagnes, vous en aurez plein la vue en parcourant nos routes qui habilement les sillonnent! À vous qui rêvez d’admirer les rayons du soleil sur un fleuve aux mille reflets, vous serez ravis du spectacle devant vos yeux!  À vous qui recherchez un accueil chaleureux, nous sommes impatients de vous recevoir chez nous! 

 

 

Monsieur Pierre Tremblay,

Maire, Les Éboulements