Un réseau de communautés villageoises au patrimoine authentique, situées dans des paysages remarquables

 

Tous droits réservés, 1998 / 2018, Les Plus Beaux Villages du Québec.


 ENGLISH VERSION

Trois villages frontaliers au patrimoine historique d'exception

 

 

Les amateurs de patrimoine historique et architectural adoreront Stanstead : issue de l'union, en 1995, des anciens «Trois Villages» de Stanstead Plain, Rock Island et Beebe Plain, la municipalité de Stanstead offre l’un des ensembles architecturaux historiques les plus pittoresques des Cantons-de-l'Est. Situé à la frontière du Québec et du Vermont, le village a été fondé dans les années 1790 par la famille Taplin, qui arrivait de la Nouvelle-Angleterre, à la recherche de bonnes terres devenues rares dans la nouvelle république américaine.

 

Pendant un certain temps, Stanstead demeura un coin perdu, un repère de contrebandiers. Un poste de douanes y fut établi en 1821, le premier dans les Cantons, ce qui améliora la situation. Toutefois, quelques années plus tard, les officiers rapportaient encore que «Stanstead est un village où la contrebande est répandue; la population y est astucieuse, sans foi ni loi et elle se montre toujours prête à aider les contrebandiers.»

 

Stanstead s'est épanouie au 19e siècle. Croissance et prospérité régnèrent. Là où l'on ne voyait avant que forêt, on trouvait de larges rues bordées de maisons, d'auberges élégantes et de commerces prospères. Les principaux avantages dont profitait l'économie reposaient sur la diligence qui reliait les villes de Québec et de Montréal à celle de Boston ainsi que sur la rivière Tomifobia qui serpente dans le village et dont les chutes grondantes constituent encore un site impressionnant. Quand les gens pensent à Stanstead, ils évoquent aussi parfois son granit local, le Gris de Stanstead, qui confère au village, encore aujourd’hui, le statut de capitale canadienne du granit.


 

La rue Dufferin à Stanstead Plain a déjà reçu le titre de «musée en plein air.» Des maisons magnifiques bordent cette rue et témoignent des racines en Nouvelle-Angleterre des fondateurs de la ville : les maisons Carrollcroft (1859), Butters (1866), Amsden (1846), le magasin Wilder Pierce (devenu le Bureau des douanes par la suite) (1813) et plusieurs autres sites offrent un circuit des plus intéressants. Également le long de la rue Dufferin se trouvent de nombreuses églises : Sacré-Cœur (1917), Christ Church (1858) et Centenary (1866). La loge maçonnique Golden Rule (1860) est l'une des plus anciennes au Québec. Autres édifices remarquables : le Stanstead College (1873), le Collège des Ursulines (1881) et l'ancien bureau de poste de Stanstead Plain (1935) à façade en granit, transformé depuis en café.

 

À Rock Island, les visiteurs devraient prendre le temps d'admirer les chutes de la rivière Tomifobia. Elles sont particulièrement impressionnantes au printemps. Le centre-ville du secteur de Rock Island a conservé de nombreux témoins de l'histoire architecturale, y compris l'ancienne Eastern Townships Bank (1904) aux superbes colonnes en granit et à la façade classique. À proximité immédiate, les anciennes Douanes (1929) et Southern Canada Power Company (1930). De l'autre côté de la passerelle se dessine la tour de l'horloge de l'ancien bureau de poste de Rock Island (1912). Rock Island comporte deux églises, une, moderne, Notre-Dame, qui a conservé son clocher datant de 1916 et l'autre, néogothique, Stanstead South United (1876).

 

Puisque c'est une ville frontalière, toute visite devrait comprendre un coup d'œil sur certains des édifices «internationaux», construits à cheval sur la frontière du Canada et des États-Unis. Le plus connu reste la Bibliothèque et Opéra Haskell, achevé en 1904, classé site historique international et attirant des visiteurs de partout dans le monde. Citée dans le livre de Ripley «Believe It Or Not,» c'est la seule bibliothèque et salle d'opéra chevauchant une frontière internationale : l'entrée, le bureau de prêts et la majorité des 400 sièges de la salle d'opéra se trouvent aux États-Unis, alors que les livres de la bibliothèque et la scène de la salle d'opéra se trouvent au Canada. Chaque été, l'Opéra Haskell présente toute une série de concerts et de pièces de théâtre.

 

Quant à Beebe, sa pittoresque rue Principale a su conserver son charme villageois. Comme à Stanstead Plain et Rock Island, Beebe présente sa part d'architecture patrimoniale : la Banque de Commerce, anciennement Eastern Townships Bank (1909), l'ancienne gare du Massawippi Valley Railway (v. 1870), aujourd'hui une résidence privée, et les églises : Advent Christian (1866), unie Wesley (1891) et l'église catholique Sainte-Thérèse-de-l'Enfant-Jésus (1929). L'ancienne église baptiste (1882) a été convertie en résidence privée. Enfin, la rue CANUSA tient son nom bizarre du fait qu’elle est à cheval sur la frontière : d’où CAN-USA…

 

De nombreux témoins nous rappellent encore le passé coloré des «Trois Villages» : les anciennes voies ferrées ont été transformées en piste cyclable, les rues Dufferin à Stanstead Plain et Principale à Beebe sont aussi belles qu'auparavant et la frontière fait toujours partie intégrante de la vie locale, ainsi qu'en témoigne le festival annuel «Frontières en fête.»

 

Par Matthew Farfan

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

Le conseil municipal

de Stanstead,

Philippe Dutil, maire

Nous vous convions à venir découvrir ou redécouvrir notre municipalité unique de par son histoire, son patrimoine bâti ainsi que ses attraits touristiques grandissants. Des bâtiments construits sur la frontière américaine à nos nombreuses églises à l’architecture remarquable, vous retrouverez ici une communauté qui se démarque par une histoire forgée par l’union de deux cultures. Soyez assurés que vous serez charmés à coup sûr lors de votre visite.